De la Tôei Dôga aux pré-Ghibli

Poster un commentaire

4 février 2013 par Marie Pruvost-Delaspre

  • L’après-guerre : une reconstruction difficile
Un mois après la fin de la guerre, en septembre 1945, la Shin Nihon Dôgasha compte une centaine d’employés. En août 1947, elle devient la Nihon Dôga-sha (日本動画社) et s’installe à Shinjuku. Août 1952 voit advenir la fusion avec les studios P.C.I. Manga bu de la Tôhô et la Tôhô Zukai Eiga-sha, amenant à la création d’une structure unifiée qui prend le nom de Nichidô eiga-sha (日動映画者). Ce nouveau studio produit environ trois films par an, pour la plupart à portée pédagogique.
Ex : Ari to hato (La fourmi et le pigeon, 1953), Kappa kawa to Tarô (Tarô et le kappa, 1954), Ko usagi monogatari (Histoire d’un petit lapin, 1954), Ukare vaiolin (Un gai violon, 1955)
Mais leur succès majeur reste la série de Kenzô Masaoka Tora-chan le chat de gouttière (plus d’infos ici).
Ex : Les Aventures de Tora-chan, 1955
En juillet 1956, la Nichidô est rachetée par la Tôei et renommée Tôei Dôga, dirigé par Ôkawa Hiroshi, défenseur de l’animation de qualité et inventeur du manga-eiga sur le modèle disneyen, exporté et adapté.
  • La Tōei Dōga, ou l’âge d’or de l’animation traditionnelle

Dirigée par Hiroshi Ôkawa, la Tôei Dôga se veut le « Disney de l’Orient », et se lance pour cela dans la production d’un long-métrage par an. Les premiers films, à partir de Sasuke le petit samurai, seront même distribués aux Etats-Unis. Leur coup d’essai, Le Serpent Blanc (1958), constitue la première utilisation de la peinture pour celluloïd et de l’encre de couleur pour le tracé des contours, ainsi que de vidéos de référence pour animateurs, dans un esprit résolument disneyen.

Studio
Un tournant esthétique majeur est pris en 1963 avec Le Petit Prince et le Dragon à Huit Têtes de Yûgo Serikawa, qui inaugure un nouveau style graphique emprunté à la tradition japonaise, mais aussi bouleversements politiques, avec le remplacement du directeur et une série de grèves (grande grève des animateurs en 1964).
Ex : Le Petit Prince et le Dragon à Huit Têtes (1963)
Autre film à l’importance historique : Horus Prince du soleil d’Isao Takahata
Première réalisation de Takahata, qui oriente le film vers un public plus adulte et des thématiques politiques, s’attirant les foudres des dirigeants du studio.
Ex : Horus, Prince du Soleil, de Takahata Isao, 1968
Les derniers grands films de cinéma avec des adaptations de récits épiques occidentaux sont réalisés à la fin des années 1960, en particulier Le Chat Botté de Kimio Yabuki en 1969, mais déjà le studio tend vers la production télévisée, et délaisse l’ambition du directeur Ôkawa, qui disparaît en 1971 – ses rêves d’animation de qualité avec lui.
Ex : Les Joyeux pirates de l’île au trésor, de Hiroshi Ikeda (1971)
  • Les Pré-Ghibli

Les échappés de la Toei Dôga

Ôtsuka, directeur de l’animation sur de nombreuses productions, quitte la Tôei en 1969 pour rejoindre TMS (1946, Tokyo Movie Shinsha, 東京ムービー新社), une filiale de Sega, et travaille sur des séries telles que Moomins (1969) et Lupin III (1970-71).
Vers 1971, Miyazaki et Takahata rejoignent Ôtsuka à TMS, pour prêter main forte sur Lupin III, où on leur propose de réaliser un projet, composé de deux moyens-métrages de 35 min produit, suite à la réussite convenable de la série Lupin III par Otsuka et Miyazaki.
Ex : Panda Kopanda de Takahata, 1972
Mais Ôtsuka, Miyazaki, Kôtabe et Takahata quittent finalement TMS en 1973 pour Zuiyô Eizô, fondé par Mori Yasuji, l’âme et l’artiste central de la Tôei Dôga. Le studio emploie rapidement des transfuges (Ôtsuka, Kotabe Yôichi, Miyazaki et Takahata).
Ex : Alps no shojo Heidi, de Takahata (1974)
Kôtabe est character designer, Ôtsuka et Miyazaki animateurs
Zuiyô devient Nippon Animation en juin 1975 et Mori lance de nouvelles séries, dont la World Masterpieces Theater (Œuvres classiques du monde entier), au succès mondial. Miyazaki y fait sa 1ère expérience comme réalisateur sur la série Conan le fils du futur.
Le groupe des transfuges, menés par Takahata et Miyazaki, sont rappelé par TMS pour réaliser un long-métrage inspiré de la franchise Lupin, qui va devenir le premier film d’animation réalisé par Miyazaki. Ils continueront ensuite à travailler sur des séries de TMS et Nippon Animation (Sherlock Hound, Lupin III…) avant de créer Ghibli.
Ex : Lupin III le Château de Cagliostro (1979)
La Nibariki

Takahata, mieux reconnu en tant que réalisateur, a eu l’occasion de mettre en scène deux films dans la période : Chié la petite peste (1981, Telecom animation, filiale de TMS) et Gauche le violoncelliste (1982 par Oh Production, adapté de Miyazawa et récompensé du prix Ôfuji).
Ex : Chié la petite peste (1981)
Mais Miyazaki, lui, est au chômage en 1982 et il commence le manga Le Voyage de Shuna (1983) et la série épique Nausicaä de la vallée de vent (1982-1994) publié dans le magazine Animage, qui remporte un certain succès. L’éditeur Tokuma Shoten lui propose en 1983 de réaliser une adaptation de la bande dessinée, dont Takahata est le producteur, et dont l’animation est réalisée par la société Topcraft de Toru Hara.
Ex : Le voyage de Shuna (1983)

En avril 1984, un mois après la sortie de Nausicaä au cinéma (mars 1984) et sa bonne réception critique et publique (plus de 900 000 entrées), Takahata et Miyazaki fonde le studio Nibariki (littéralement « 2 chevaux »), car Tokuma manifeste la volonté de financer de nouveaux films des deux réalisateurs. Cette structure servira de base à la future création de Ghibli l’année suivante.
  • Conseils bibliographiques
Le Roux Stéphane, Hayao Miyazaki Cineaste en Animation, Paris, L’Harmattan, 2011, 196p.
Le Roux Stéphane, Isao Takahata, cinéaste en animation : modernité du dessin animé, Paris, L’Harmattan, 2010, 249p.
Miyazaki Hayao, « Our thirty years: from Toei Doga to Studio Ghibli », Kinema Junpo, n°1166, 1995, en ligne ici.
Cavallaro Dani, The animé art of Hayao Miyazaki, Jefferson, McFarland & Co., 2006, 204p.
Ferrand Stéphane, « L’animation avant guerre », Animeland, 2003, ici.
ET AUSSI une histoire de TMS et les mangas de Miyazaki.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Contact

Marie Pruvost-Delaspre
marie.pruvost-delaspre (a) univ-paris3.fr
Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 6 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :