GHIBLI スタジオジブリ

Poster un commentaire

14 février 2013 par Marie Pruvost-Delaspre

  • Hayao Miyazaki né le 5 janvier 1941 à Tokyo

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, son père dirige l’entreprise familiale Miyazaki Airplane, qui est alors la propriété de l’oncle de Miyazaki. L’entreprise fabrique des gouvernails pour avions de chasse qui ont sévi durant la Seconde guerre mondiale (cf. Porco Rosso). En 1944 la famille Miyazaki est évacuée vers la ville de Utsunomiya. Sa mère tombe malade en 1947 et doit garder le lit pendant 9 ans, suite à une tuberculose spinale (cf. Mon Voisin Totoro). De 1956 à 1958, ses secondaires terminées, le jeune homme fréquente le lycée Toyotama, un lycée public. C’est pendant cette période que Miyazaki développe son intérêt pour l’animation. Il est notamment fasciné par Le Serpent blanc, Taiji Yabushita, Toei Doga, 1958). A cette époque, Miyazaki décide de devenir artiste et il commence à dessiner, principalement des avions et des bateaux militaires. En 1962, Miyazaki entre à l’université de Gakushuin. Il y obtient un diplôme en économie, avec le sujet de thèse « La théorie de l’industrie japonaise ».

L’université terminée, il trouve un emploi en avril 1963 à la Toei Doga. Après 3 mois d’apprentissage, il est nommé intervalliste. La première œuvre sur laquelle il travaille est Wan Wan Chushingura (Histoire des 47 Loyaux Sujets), après quoi, il est intégré dans l’équipe travaillant sur Okami Shonen Ken (Ken, l’enfant-loup), la première série TV de la Toei.

Peu de temps après son arrivée à la Toei, des problèmes entre syndicats et dirigeants de la société éclatent, et Miyazaki est chargé de défendre les revendications des animateurs. C’est ainsi qu’en 1964, il est nommé secrétaire en chef du syndicat des employés de la Toei Doga, dont Isao Takahata est le vice-président. L’année 1964 est aussi celle de sa rencontre avec Akemi Ota, qui devient sa femme en octobre 1966.

  • Isao Takahata né en 1935 à Ise

Il est diplômé de littérature française en 1959 à l’Université de Tokyo. Pourtant, il choisit d’opter pour une carrière complètement différente de ses études. En effet, il prend conscience de toutes les possibilités visuelles et formelles de l’animation lorsqu’il découvre sur grand écran le chef-d’œuvre animé de Paul Grimault, La Bergère et le ramoneur (1955, qui devient plus tard Le Roi et l’oiseau). Il entre alors au studio d’animation de la Tôei, fondé en 1956, et qui a notamment pour but de réaliser des longs métrages pour le cinéma.

Au sein du studio, il débute comme assistant metteur en scène sur les premiers long-métrages et côtoie ainsi Yasuji Mori (animateur pionnier qui a lancé au Japon le système de direction de l’animation) et le vétéran Yasuo Otsuka.

Takahata fait ses débuts en tant que réalisateur sur des épisodes de la série télévisée Ken, l’enfant-loup. Miyazaki travaille également sur quelques épisodes de la série, mais seulement en tant qu’intervalliste. Takahata est ensuite choisi par Otsuka en 1965 pour mettre en scène son premier long-métrage: Horus, Prince du soleil, film-référence qui marque un tournant dans l’animation japonaise. En effet, le film opte pour un ton plus adulte que les œuvres précédentes de la Tôei, avec comme but de s’adresser à toutes les générations, et non plus aux seuls enfants. A travers la création du film, Takahata donne une véritable envergure au rôle du réalisateur, devenant le garant de l’unité du film, mais il laisse également une grande liberté aux animateurs. Miyazaki travaille d’ailleurs comme animateur-clef et apporte de nombreuses idées dans la conception scénique.

studio-ghibli

  • La création du studio Ghibli

Le nom Ghibli vient de l’italien, il désigne un vent chaud provenant du Sahara. Durant la Seconde guerre mondiale, les aviateurs italiens nommaient ainsi leurs avions de reconnaissance .

En 1985, pour les besoins de la production de Tenku no shiro no Laputa (Le château du ciel) par Miyazaki, est fondé à Kichijoji (Musashino) le Studio Ghibli. Toru Hara, directeur du studio Topcraft, est transféré et nommé directeur du studio, tandis que Miyazaki se rend au pays de Galles pour préparer le film en mai 1985. Tokuma Shoten participe au financement de la création du studio, Yasuyoshi Tokuma, PDG de la branche éditions du groupe, en devenant le président.

Laputa le château dans le ciel (1986) est le premier film sorti sous l’appellation Ghibli. Il fait 775 000 entrées, remportant un succès d’estime. Il constitue un transition entre le travail que Miyazaki menait à la Toei (voir les scènes de poursuite du Chat Botté et de L’île des Joyeux Pirates) et ses propres centres d’intérêt, encrés dans un imaginaire plus mélangé (village gallois) et engagé (personnages d’ouvriers généreux).

Ex : Présentation au journal télévisé du Château dans le ciel à sa sortie française en 2003

En 1987, il produit un documentaire, Yanakawa Horiwari Monogatari (L’histoire du canal de Yamakawa) réalisé par Takahata, dont les travaux de repérage vont être réutilisés pour Souvenirs goutte à goutte. Il sort dans les salles en avril 1987.

Miyazaki retravaille aussi sur Sherlock Holmes, et deux épisodes du Chien des Baskerville.

  • Les premières productions

Dans le principe de départ, les deux comparses devaient réaliser chacun leur tour un film. Mais suite à des retards de production et des manques de financements Mon Voisin Totoro de Miyazaki et Le Tombeau des lucioles de Takahata sortent simultanément en 1988 ; ils ratent leur sortie et font des recettes décevantes.

Les deux films représentent bien les voies divergentes prises par les deux artistes, d’un côté un onirisme assumé, peuplé de créatures fantasmatique et tourné vers l’imaginaire et l’enfance, de l’autre côté une quête du réalisme narratif et esthétique, qui traque l’origine des sentiments humains et les ombres de l’histoire.

Ex : scène finale dans Le Tombeau des Lucioles

Le succès marketing va sauver le studio ! En effet, un fabriquant de jouet convainc le studio de lui céder les droits de reproduction du perso de Totoro. Les peluches sont mises en vente deux ans après la sortie du film et obtiennent un tel succès que le studio parvient à combler son déficit budgétaire.

  • Les premiers succès

Le premier vrai succès national du Studio Ghibli est leur production de 1989 Kiki, la petite sorcière de Miyazaki avec plus de 2 millions d’entrées au Japon. Si rétrospectivement l’Europe qui découvre Ghibli à partir du milieu des années 1990 perçoit le studio comme très productif et à succès, la réalité de cette situation n’a pas été de soi, et les producteurs successifs ont du se battre pour permettre à l’esprit du studio de perdurer. C’est à cette époque que Toshio Suzuki, ancien rédacteur en chef du magazine Animage, rejoint Ghibli en tant que producteur.

Suzuki va jouer un rôle-clé dans la direction du studio, et va contribuer à en faire une exception de par sa gestion du personnel. En effet, les tarifs dans l’industrie de l’animation japonaise sont fixés en fonction du nombre de dessins. les animateurs de Ghibli étaient auparavant payés en moyenne deux fois moins qu’ailleurs. Sous l’impulsion de Miyazaki, dès 1990, l’équipe sera désormais employée à plein temps avec un salaire fixe. Assez peu de sous-traitance, car revenus importants par produits dérivés.

Omohide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte) de Takahata obtient à son tour un immense succès en terminant une nouvelle fois en tête du box-office annuel. Une autre réussite de l’année 1991 est le doublement des salaires et la mise en place d’un recrutement régulier.

Ex : Souvenirs goutte à goutte

C’est un projet cher à Takahata, à la fois dans son contexte (reprend les exploitations agricoles traditionnelles qu’il a filmées vers Yanagawa) et son thème (mélancolie, résurgence des souvenirs, intérêt pour les petits riens de l’existence) ; en cela il préfigure les Yamada.

  • En route vers la gloire

La construction d’un studio est lancée : Tokuma accepte de financer l’opération et Miyazaki supervise lui-même la réalisation des plans du nouvel immeuble. En 1992, le studio de 1100 m2 à Koganei est terminé au même moment que le film Porco Rosso, inspiré de quelques pages dessinées, L’âge des hydravions, publiées en 1989 dans Model Grafix.

pr_originalmanga_pg06 L’âge des hydravions (Miyazaki, 1989)

Le film rappelle l’origine du nom du studio, et exploite la passion de Miyazaki pour l’aviation et constitue le 1er film Ghibli véritablement distribué en France et en Europe.

En 1994, Pompoko de Takahata est une nouvelle fois n°1 au box-office. Cest le premier film du studio à présenter des séquences en images de synthèse, même si c’est On Your Mark (1995) qui sert de lieu d’expérimentation des outils numériques.

Mononoke - 05Mononoke (Miyazaki, 1980)

En juillet 1996, un accord est signé avec Buena Vista Home Entertainment : Disney peut exploiter une grande partie des films du Studio Ghibli dans le monde entier, excepté l’Asie. Pris dans une impasse financière en plein tournage de Princesse Mononoké, le studio Ghibli craint de ne pouvoir assumer de nouveaux dépassements budgétaires, malgré réticences de Miyazaki, qui s’est promis de ne jamais sacrifier l’originalité des œuvres à une carrière internationale lucrative. Le film atteint rapidement la première place au box-office national, toutes productions confondues (ET, Titanic) – peut-être le plus grand spectacle et le film d’animation le plus impressionnant dans son traitement de l’action produit par le studio, inspiré à la fois des grandes épopées jidai-geki comme Le Château de l’araignée (Kurosawa, 1957) et d’une œuvre originale de Miyazaki de 1980, Mononoke.

Ex : un documentaire de Toshio Uratani sur Princesse Mononoké

Miyazaki annonce alors qu’il arrête la réalisation. Malheureusement, quelques jours après l’annonce de sa retraite, Yoshifumi Kondô décède tragiquement d’un cancer (réal de Si tu tends l’oreille, 1995 et successeur désigné de Miyazaki). Il fait donc son retour au studio.

La réalisation suivante de Takahata en 1999 change radicalement de style visuel, en abandonnant le réalisme formel, mais pas de tonalité, avec la mise en scène de la vie d’une famille, dans un style très graphique et épuré. 10% du budget de Mes Voisins les Yamada provient des fonds de Buena Vista.

Ex : Mes Voisins les Yamada – la confrontation avec les motards

C’est le dernier du réalisateur, qui est à l’origine de la distribution des films d’animation français Kirikou et les Triplettes de Belleville et se passionne pour l’emaki, écrit sur l’animation…

  • Miyazaki à l’apogée de sa carrière

En juillet 1999, Miyazaki donne une conférence de presse dans sa Butaya. Il y présente les plans du futur musée entièrement dédié à l’animation, le Museo d’arte Ghibli (le musée d’art Ghibli en italien), qui ouvre en octobre 2001. Il est au sommet de sa gloire et de son art, reconnu à l’étranger et Ghibli ne rencontre pas de problèmes financiers.

Le Voyage de Chihiro (Sen to Chihiro no Kamikakushi), sorti en juillet 2001, reprend lui aussi des inspirations métissées, d’un roman jeunesse de Sachiko Kashiwaba Le village mystérieux par-delà la brume (1980) aux contes de Kenji Miyazawa, en passant par le musée architectural d’Edo Tokyo, qui passionne Miyazaki. Le film marque véritablement la reconnaissance de Miyazaki hors des cercles des amateurs de films d’animation : de grands journaux de cinéma font leur titre sur le film, c’est le 1er film d’animation a remporté un prix lors d’un festival international de cinéma, avec l’ours d’or de Berlin.

De 2001 à 2003 le studio vit une période de vacation où Miyazaki travaille sur les courts-métrages du Musée et la relève ne fonctionne pas très bien, en partie à cause du succès mitigé du Royaume des Chats réalisé par Hiroyuki Morita  en 2002, d’où une fermeture de six mois du studio.

En février 2003, le travail reprend à Ghibli pour la production de Hauru no Ugoku Shiro (Le Château ambulant), Hosoda Mamoru est pressenti mais reste à Madhouse, ce qui marque encore une fois le passage de témoin impossible, puisque Miyazaki revient à nouveau à la réalisation. En 2005, le studio Ghibli prend son indépendance en quittant Tokuma Shoten.

Goro Miyazaki, le fils aîné du maître, réalise Les Contes de Terremer en 2006. Architecte et directeur du musée Ghibli, il passe à la réalisation à donne lieu à une polémique, car le film n’est finalement pas soutenu par son père, et sa réussite reste très mitigée.

Ex : Les Contes de Terremer

Gake no Ue no Ponyo, nouvelle production lancée en 2006 plutôt à destination du public jeune, qui est la réalisation du rêve de Miyazaki de travailler sur l’eau et la mer, avec un rendu proche du crayon de couleur, travaillé par ordinateur.

Ex : Ponyo sur la falaise, 2008

tumblr_mgt7ls39Mz1r3tvt7o7_r5_250

Le 1er février 2008, l’ex-président de Walt Disney Japon, Koji Hoshino, remplace Toshio Suzuki à sa présidence. Désormais, Suzuki va entièrement se consacrer à son travail de producteur et de membre du conseil d’administration du studio.

Le passage de relais à destination des jeunes générations d’artistes semble à présent amorcé, avec la réalisation en 2010 d’Arietty et le petit monde des chapardeurs par Yonebayashi Hiromasa, un pur produit Ghibli, entré au studio comme intervalliste et monté jusqu’à la position d’assistant-réalisateur.

  • Filmographie

1984 Nausicaä de la vallée du vent (Kaze no Tani no Naushika)

1986 Le Château dans le ciel (Tenkū no shiro Rapyuta)

1988 Mon voisin Totoro (Tonari no Totoro)

1988 Le Tombeau des lucioles (Hotaru no haka)

1989 Kiki la petite sorcière (Majo no takkyūbin)

1991 Souvenirs goutte à goutte ( Omohide poro poro)

1992 Porco Rosso (Kurenai no buta)

1993 Je peux entendre l’océan (Umi ga kikoeru, de Tomomi Mochizuki)

1994 Pompoko (Heisei tanuki gassen Ponpoko)

1995 Si tu tends l’oreille (Mimi wo sumaseba, de Kondô Yoshifumi)

1997 Princesse Mononoké (Mononoke hime)

1999 Mes voisins les Yamada (Hōhokekyo tonari no Yamada-kun)

2001 Le Voyage de Chihiro (Sen to Chihiro no kamikakushi)

2002 Le Royaume des chats (Neko no ongaeshi, de Morita Hiroyuki)

2004 Le Château ambulant (Hauru no ugoku shiro)

2006 Les Contes de Terremer (Gedo senki de Goro Miyazaki)

2008 Ponyo sur la falaise (Gake no ue no Ponyo)

2010 Arietty et le petit monde des chapardeurs (Karigurashi no Arietti, de Yonebayashi Hiromasa)

2011 La Colline aux coquelicots (Kokuriko zaka kara, de Goro Miyazaki)

  • Bibliographie

Cavallaro Dani, The animé art of Hayao Miyazaki, Jefferson  N.C., McFarland & Co., 2006, 204p.

Colson Raphaël et Régner Gaël, Hayao Miyazaki : Cartographie d’un univers, Les Moutons Electriques, 2010, 357p.

Le Roux Stéphane, Hayao Miyazaki Cineaste en Animation, Paris, L’Harmattan, coll. «Champs Visuels», 2011, 196p.

Le Roux Stéphane, Isao Takahata, cinéaste en animation : modernité du dessin animé, Paris, L’Harmattan, 2010, 249p.

Miyazaki Hayao, Starting point : 1979-1996, San Francisco, VIZ Media, 2009, 461p.

Odell Colin, Studio Ghibli : the films of Hayao Miyazaki and Isao Takahata, Harpenden, Kamera, 2009, 160p.

Suzuki Toshio, Dans le Studio Ghibli : Travailler en s’amusant, Paris, Kana, coll. «Sensei», 2011, 214p.

Suzuki Toshio, Les dix ans du studio Ghibli, conférence, Festival du Film d’animation d’Annecy, 1995, en ligne (anglais).

Toccoli Vincent-Paul, Miyazaki l’enchanteur : essai, Nantes, Éd. Amalthée, 2008.

ET SUR INTERNET :

The Ghibli Blog

ButaConnexion

Nausicaa.net

Les budgets de l’animation japonaise

Les articles de Oswald Iten sur Le Château dans le ciel et Heidi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Contact

Marie Pruvost-Delaspre
marie.pruvost-delaspre (a) univ-paris3.fr
Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

Catégories

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 7 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :